La Rédaction | Samedi 7 Novembre 2015 15:17 | Commentaires (0)

Patrick Rigal guitariste et chanteur de blues rock à la carrière bien remplie et qui se produit sous le nom de pRigal vient de sortir son nouvel album "borderline" enregistré entre l'Ukraine et l'Eure et Loir.


pRigal, "Borderline"
Il y a un son pRigal reconnaissable entre tous. Ce sont des chansons sur des mid tempos parfois groovy, toujours un peu blusey, aux arrangements dépouillés. Patrick les illumine de licks de guitares toujours inspirés et de bon goût. Sa voix est basse et rocailleuse, souvent plus proche du talk over que du chant. Le disque est très réussi dans son ambiance. Il est chaleureux et sexy. Les titres les plus réussis sont à chercher à mon goût chez « page blanche », « l'affiche érotique » qui est rehaussé de choeurs féminins bien venus, sur une cover du métèque de Moustaki qui a l'intérêt de sortir Patrick de sa zone de confort et de le pousser un peu plus à chanter et dans le très bel instrumental « Anji ».

patrigal.com








Olivier VADROT | Vendredi 6 Novembre 2015 12:42 | Commentaires (0)

Les radios invitent les auditeurs à téléphoner à Manuel Valls ... pour défendre leurs radios en scandant: «À la radio, j'écoute ce que je veux».


Depuis deux jours, je vois passer et repasser, sur le net, des informations concernant un amendement, voté par une quarantaine de députés, qui voudrait réguler la diffusion de titres francophones, sur les ondes. Il me semble à priori, que c’est une bonne chose.
Il y a quelques années en arrière, j’étais en contact avec de nombreuses radios, de la bande FM, essayant de placer des nouveautés auprès des programmateurs. Las, le combat était quasiment perdu d’avance, car leurs playlist étaient confectionnées autour d’une poignée de titres français, produits par une des quatre majors de l’époque et diffusés pour certains six à huit fois par jour ! ! Vous aurez bien compris qu’il était difficile, voire impossible, de se faire une petite place dans ce combat de géants.
N’oublions pas que les radios sont dites « commerciales ». Ce qui les intéresse avant tout, c’est de vendre de l’espace aux annonceurs. Comment convaincre un client de faire un gros chèque à la régie publicitaire ? Il faut l’assurer que la station a un audimat au Top et pour obtenir ce résultat, il faut diffuser ce qui se vend le mieux, sinon l’auditeur va écouter ailleurs Louane ou Kenji…
J’en entends certains pousser de grands cris et nous dire que ce n’est pas à la loi de nous imposer ce que l’on doit écouter ou pas. Ce sont, sans doute, les mêmes qui se réjouissaient, au siècle dernier, de l’imposition de quotas de chansons francophones sur les ondes, afin de sauvegarder cette exception culturelle que le monde entier nous envie. C’est à n’y rien comprendre…
Les grands groupes de médias se plaignent quant eux de la piètre qualité de la production française. Si j’osais, j’utiliserais l’expression « les oreilles m’en tombent ». Ce qu’il faudrait dire, c’est que la « chanson populaire » a été abandonnée au profit de la « nouvelle chanson française », plus racée, plus intello, peut-être et donc bien moins « playlistable », pour vendre du temps de cerveau disponible.
Je discutais, il y a peu, avec un chanteur bien installé dans le paysage musical. Il souhaite enregistrer un nouvel album, mais en même temps, il me dit « A quoi ça va servir, il n’y a personne qui diffuse nos nouveautés ». Alors effectivement, si toute la chaîne de production pense comme cela, pourquoi mettre des moyens colossaux sur un disque ? Ceci explique peut-être cela.
Les mêmes diffuseurs voudraient laisser entendre que les majors ont fait pression sur les politiques, afin de « détourner les auditeurs des radios et de les diriger vers le streaming ». On n’a pas eu besoin d’eux pour aller voir si chez Deezer ou Spotify l’herbe était plus verte. L’indigence des playlist des médias traditionnels, nous y a poussés.
Il faudrait aussi rappeler que les diffusions sur la bande FM rapportent beaucoup d’argent en droits. Il n’est pas rare, alors que c’est interdit par la loi, que les radios détiennent des parts d’édition sur les titres les plus joués et par là même touchent de l’argent sur les chansons qu’elles diffusent.
Aujourd’hui, toutes les stations sont présentes sur le net et proposent aux auditeurs des dizaines de webradios, toutes plus spécialisées les unes que les autres. Dans quelques années, la FM disparaîtra et nous écouterons tous la radio sur nos téléphones. Chacun écoutera « sa radio ».
Pour conclure, je dirais que la limitation de diffusion de certaines chansons est une bonne chose, si le temps d’antenne dégagé est mis à disposition de la création et de la nouveauté. Il y a bien un subterfuge, pour échapper à cette loi. Nous savons bien que rien ne vaut un bon titre « gold », pour satisfaire l’ensemble des auditeurs. Les programmateurs alors, ressortiront des placards un bon vieux Florent Pagny ou un Gainsbourg parfumé à l’anis et le tour sera joué. La jeune génération mourra donc, sans jamais avoir connu l’extase d’une diffusion en modulation de fréquence.
Olivier Vadrot

A ceci il faudrait ajouter que les RPl prennent le même chemin et que la SACEM a dépouillé les auteurs / compositeurs des droits générés sur les petites et moyennes stations , la concentration est parfaite ! pRigal





Catherine Poincelet | Jeudi 5 Novembre 2015 15:14 | Commentaires (0)

Avec l'Orchestre de Lutetia, le Choeur l'Aria de Paris et l'ensemble Les Jeunes Voix


Concerts de Noël: Magnificat de Bach
A l’approche des fêtes de Noël, l’Orchestre de Lutetia et l’Aria de Paris, sous les directions d’Alejandro Sandler et de Sylvie Portal, sont en concert à Paris samedi 5 décembre (21h - Cathédrale Notre Dame du Liban) et dimanche 6 décembre 2015 (16h - Eglise Saint Marcel).

Magnificat et Suite N°3 de Bach
Stabat Mater de Pergolèse

Solistes: Jean-Luc Baudoin (ténor) et Benoît Gadel (basse)

Un programme spécial Noël avec ce chant joyeux de Marie, «femme bénie entre toutes les femmes » selon Elisabeth (cousine de Marie) et appelé, dans l’Évangile selon saint Luc, le Magnificat. Cette création de Jean-Sébastien Bach, cataloguée BWV 243, est une de ses œuvres les plus populaires. Il le composa juste après sa nomination comme cantor à Leipzig en 1723. Le Magnificat fut révisé quelques années plus tard : de Mi bémol majeur, il passa à Ré majeur et la distribution fut considérablement élargie. C'est ainsi que nous est parvenue l'une des plus célèbres œuvres chorales de Bach. A noter que les quatre ensembles intermédiaires du Magnificat 243 chantés par les Jeunes Voix est une version rarement donnée.

En plus de quatre ans d’existence et près de quarante concerts, Alejandro Sandler, à la tête de l’Orchestre de Lutetia, a réussi à faire vivre son ensemble. Le public est au rendez-vous grâce à un alliage d’œuvres majeures et à la découverte d’inédits. De la même manière, le chef d’orchestre donne sa chance à de jeunes musiciens de talent en servant de tremplin pour leur carrière. Une politique pédagogique qui lui réussit puisque, depuis sa création, les projets ne manquent pas (participation aux projets musicaux de Disney et concerts aux Festivals de Monastier, d’Orcival et d’Ambert).

Le chœur Aria de Paris est composé d’une quarantaine de chanteurs recrutés sur audition. Créé il y a 16 ans, il évolue sans cesse au travers d'un répertoire qui l'amène à aborder les œuvres les plus diverses, de la musique de la Renaissance à celle de notre temps. Sous l’impulsion de Sylvie Portal, son chef de chœur, la formation prend un second élan en réalisant des concerts de musique baroque. Elle a initié également un ensemble vocal de solistes Les jeunes Voix rassemblant des talents issus des conservatoires. Ce sont autant d’opportunités pour eux de chanter avec orchestre ou avec piano et de se révéler au public.


Samedi 5 décembre (21h) : Cathédrale Notre-Dame du Liban - 15 rue d’Ulm - Paris 5 (RER B Luxembourg)
Dimanche 6 décembre (16h) : Eglise saint Marcel - 82 Boulevard de l’Hôpital - Paris 13 (Ligne 5, Métro St Marcel)

Tarif : 25€, prévente 20€, réduit 18€ (chômeur et étudiant)
Billetterie : www.fnac.com , www.carrefour.fr, www.francebillet.com
Liste des points de vente (Fnac - Carrefour - Géant - Magasins U – Intermarché) disponible sur www.dispobillet.com - Informations : 0 892 68 36 22 (0,34€/min)




1 2 3 4 5 » ... 657

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Flickr
YouTube
Rss

Les News

pRigal, "Borderline"

07/11/2015 - La Rédaction

Concerts de Noël: Magnificat de Bach

05/11/2015 - Catherine Poincelet

Le festival Reeperbahn fête ses 10 ans !

04/08/2015 - La Rédaction

Derniers tweets
♫ ; Ben Popp. Listen @cdbaby https://t.co/lRYfGToeth
Samedi 26 Novembre - 13:10