Charlotte etc... l'excellence de l'underground





Il suffit d'écouter "Nous ne savons pas qui nous sommes" pour se laisser envahir par un sentiment étrange. Charlotte nous entraine dans des lieux où la chanson n'a pas l'habitude d'aller. Elle nous ouvre d'autres portes, d'autres chambres. Il suffit de lire aussi ses premiers mots sur son site : "Une voix capable de vous caresser le coeur comme de le fouailler brutalement d'un kriss incandescent. Une dragée au poivre baroque'n'roll, parée de sombres et chatoyants bijoux sonores, fleur carnivore déployant ses pourpres pétales en un baiser létal". Le ton est donné...aux âmes, etc...


Charlotte etc.
Charlotte etc.

Nous avons posé quelques questions à Charlotte etc. :

Charlotte etc..., quel drôle de nom ?

Charlotte est mon prénom. J'ai d'ailleurs chanté un court moment sous mon simple prénom. Mais bien que les "Charlotte" ne courent pas les rues y'en avait une autre à l'époque qui oeuvrait dans les mêmes petits lieux, j'ai d'ailleurs essayé de la joindre mais sans suite.
Alors j'ai voulu me démarquer et j'ai pensé que ces trois petites lettres résumaient bien ma personnalité, mon parcours et mes influences éclectiques. Que cela pouvait englober aussi bien mes rencontres humaines que mes influences artistiques diverses (pas que musicales). Bref trois lettres emblématiques de ma personne. D'autres y auront vu plus tard une référence à Serge Gainsbourg (Anne-Marie Paquotte dans Télérama pour être précise) à cause de son album "aux armes etc.", ce n'était pas voulu. Mais cela dit je ne conteste pas cette référence car Gainsbourg fait partie du grand nombre d'artistes qui m'ont nourrie pendant des années et continuent de le faire. Mais Il n'est pas le seul. Et puis etc. on s'en souvient. ça sonne.

Vos textes sont parfois assez sombres. Est-ce que vous l'êtes aussi dans votre vie ?

Je suis comme tout le monde. Avec des hauts et des bas. Peut-être que les hauts vont très haut et les bas très bas. Je ne suis pas du genre à faire les choses à moitié et du coup la passion qui m'habite me fait faire le grand huit parfois, certainement, mais je suis comme la vie en fait. Ni blanche, ni noire. Juste vivante, avec tout ce que cela peut entrainer de joies et de douleurs. Après il est vrai, l'artistique m'intéresse plus quand il explore le côté sombre des choses et des personnes. C'est comme ça. Le bonheur me plait dans la vie mais dans l'art je suis plus touchée par les choses sombres. Vous allez peut-être rire mais cela rend ma vie plus gaie. Une sorte d'équilibre... Le mien.

Vos êtes une chanteuse militante. Vous pensez que cela peut nuire à votre carrière ?

Je dirais plutôt une chanteuse "concernée". Car une personne avant tout. Je ne suis pas née chanteuse. Alors si je prends part ponctuellement à des actions qui pour moi sont tout simplement humaines, et que cela devrait "nuire à ma carrière" (je reprends votre expression en entier car "nuire" est fort, et le mot "carrière" je ne sais pas trop ce que ça veut dire...) .... Je ne pense pas mon métier en terme de carrière mais plus en terme de chemin, d'évolution. La carrière ça a un peu été inventé par l'industrie du disque non ? Si on cherche bien.
Je préfère parler de parcours. Et la vie n'est pas dissociable d'un parcours.
On peut réussir sa carrière et foirer totalement sa vie. Aux yeux du business on peut être totalement inexistant et apparemment foireux et apporter de grandes et belles choses sur le plan artistique et humain. Alors faut juste savoir ce qui nous intéresse et où on se trouve, comme ça on ne perd pas trop de temps et on n'est pas malheureux...
Si être citoyenne du monde et être interpelée par les choses qui m'entourent, révoltée par d'autres, devait nuire à mon travail je me dirais tout simplement que ce travail n'est pas à la hauteur de mes aspirations profondes. Pour moi l'art fait partie d'un combat. Et cela passe aussi par une conscience globale du monde qui nous entoure et dont on fait partie. Je sais que beaucoup ne seront pas d'accord avec moi mais je pense que c'est aussi le rôle de l'artiste de faire avancer le monde. Si on se repose sur les politiques on est très mal. D'ailleurs on l'est, présentement. Cela n'enlève d'ailleurs ni le plaisir ni la beauté, mais je me refuse à "divertir" les gens. Il y a des gens qui le font très bien. Moi cela m'ennuie profondément. D'être divertie" aussi. Ca me gonfle pour être sincère.
Faire un point sur ma carrière serait totalement ridicule. Aujourd'hui comme demain. L'important pour moi est de toujours avancer. Me renouveler. Essayer. Tenter. Prendre des risques. Ce qui est évidemment antinomique avec "la carrière" comme on l'entend ici. Oui c'est plus difficile. Mais je sais pourquoi je suis là. Et où je n'ai pas envie d'être. Même si le prix à payer est parfois lourd, j'en conviens, c'est épuisant par moments. Mais c'est un choix. Mais vous savez il y a des gens qui font ce choix et font une "carrière" malgré tout.
Après cela dépend du hasard des rencontres, de la "chance" , cela existe aussi. Parmi ces gens-là il y en a qui parviennent à garder leur éthique, d'autres non. On passe sa vie à faire des choix....

Vous venez de terminer une "résidence", vous pouvez nous en parler ?

Je ne rentrerai pas dans le détail mais une résidence c'est : vous vous enfermez dans un théâtre pendant dix-quinze jours (pour la chanson en tout cas) et vous montez un spectacle.
Voilà une sorte de bulle qu'on va éclater pour en proposer le fruit au public. Il s'agit là d'une commande des jeunesses musicales de France, et pas mon répertoire personnel (heureusement pour les enfants!!!) , mais des chansons de Louis Chedid et M ainsi que des poèmes d'Andrée Chedid. C'est un spectacle au départ prévu pour le jeune public mais qui va tourner aussi en "tout public". C'est encore trop frais pour en parler. J'en sors et je ne l'ai pas encore joué à l'heure où je réponds à cette ITV... Les dates "tout public" du spectacle en question "1,2,3 Chedid" sont notées sur mon site internet et ma page myspace pour les curieux.

Où en est la préparation du troisième album ? Est-ce une autoproduction ?

C'est une autoproduction jusqu'à nouvel ordre....
Nous travaillons à deux avec mon guitariste nous sommes en période de pré-production. A savoir qu'on maquette dans le but de trouver la bonne direction et la couleur de chaque morceau et enfin on pourra passer à l'étape d'après quand on en saura un peu plus: la réalisation pure et dure. Bien qu'il y ait déjà de belles choses dessinées et plus qu'esquissées. Mais on travaille avec des bouts de ficelles. Donc c'est étalé dans le temps. Et on jongle aussi avec ce qui nous fait gagner notre vie: la scène. Donc on ne lâche pas et on s'arme de patience. Mais je préfère être lente et faire un disque dont je serai fière toute ma vie plutôt que de me précipiter pour répondre aux exigences du marché et me retourner six mois après et être déçue par mon travail.
Je fais avec mes conditions de travail, cela n'enlève rien à mon exigence. Au contraire je crois que ça l'exacerbe... j'ai envie d'aller au fond des choses. A l'essence des morceaux. c'est autant de plaisir. Pas immédiat, mais un vrai plaisir comme le plaisir de l'écriture quand on est plongé dedans. Avec ses failles aussi. Quand on est face à soi-même en fait et qu'on ne peut plus reculer... (heu ça fait peur parfois)....

Vous avez une page sur Myspace. Quel en a été le bénéfice ?

Des belles rencontres humaines (de vraies amitiés, si! si!) et sur le plan professionnel tout de même cela a fait bouger un peu les choses pas énormément quand on pense aux groupes comme les anglais "arctic monkeys" ou bien le rappeur "kamini", ça n'a rien à voir, c'est en-dessous de tout ça sur le plan quantitatif, mais des rencontres intéressantes sur le plan artistique. Plus une émission avec Alain Pilot sur RFI (émission que je n'avais pas faite depuis 7 ans...), une participation à une compil indépendante anglo-saxonne dont je ne peux parler encore aujourd'hui car ça n'est pas officiel...des petites choses comme ça qui mises bout à bout font avancer le shmillllblick. Des contacts, du bouche à oreille. Ca ne peut faire que du bien. A part que j'y passe du temps et ça parfois c'est un peu "too much" mais on n'a rien sans rien. Il faut être ouvert, à l'affut. Sinon il ne se passe rien. C'est un outil de travail comme un autre. Et on rencontre de vraies personnes parfois.

Vous êtes en concert assez souvent et vous parcourez la France. Quel est votre public ?

Il y a un public qui me suit depuis dix ans. Et le reste ce sont des gens qui me découvrent. Je suis entre les deux. Entre l'artiste qui a déjà un nom et celle qui est une éternelle découverte pour beaucoup d'entre vous. C'est assez étonnant à vivre par moments. Ca fait partie de mon "etc." si bizarre. J'ai l'impression de ne pas être là où on m'attend. D'ailleurs on ne m'attend pas et c'est pour ça que j'avance.... ceux qui m'aiment me retrouvent.... :o)

Quel est le candidat 2007 que vous soutenez ?

Ahhhhrggghhh la question qui tue, allez je vais la détourner, je vais vous dire le nom du candidat que je ne soutiendrai pas : Nicolas Sarkosy.
Pour le reste vous avez le choix. Pas mal n'auront pas non plus ma faveur dans ceux qui restent... je suis sacrément pas très heureuse à ce niveau-là...
je ferai comme beaucoup au moins pire....

Ecoutez Charlotte etc. sur myspace
Le site de Charlotte etc



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Avril 2017 - 06:58 Solynch, version 2.0