Chartres pop rocke





On ne dira jamais assez l’apport des associations locales dans le soutien aux artistes émergents. Souvent dirigées par des bénévoles, parfois soutenues par les instances publiques régionales, elles leur offrent une visibilité et leur donnent les moyens de toucher un public d’autant plus concerné qu’il s’agit de musiciens “du cru”.


Stéphane Mondino
Stéphane Mondino
Guitare & voix, managée par Sandrine Bihoreau et basée à Chartres, est de celles-ci. Créé en 2006, ce label indépendant (dans tous les sens du terme, puisqu’ils ne bénéficient d’aucun subside public) lançait cet été l’opération Pop-rock’ons-nous avec un concert gratuit place Marceau. Quatre acteurs majeurs de la scène locale se partageaient ainsi la vedette : dans l’ordre d’apparition, Stéphane Mondino, Christophe Cintrat, Dutrey et Lorenz. Quatre sets d’une trentaine de minutes chacun, proposant au public une variété de styles et de formations (guitare-voix, trio ou quartet) avec comme point commun la qualité des prestations.

On ne pouvait trouver meilleure locomotive que Stéphane Mondino qui “essuya les plâtres” avec l’assurance du vieux briscard. Les premières parties de Cabrel lors de la tournée “beaux dégâts” et ses nombreuses scènes n’y sont évidemment pas étrangères. Un set sans temps mort, entrecoupé de quelques mots à la fois drôles et décalés, 5 petits bijoux de chansons extraites de son album à paraître le mois prochain, bref, un hors d’œuvre de choix pour cette première édition.


Chartres pop rocke
Christophe Cintrat, chartrain pur jus, très actif dans la région, lui succédait accompagné d’une formation complète (basse-batterie-guitare). Son discours et ses textes font la part belle au voyage et sa musique démontre une filiation certaine avec ses maîtres Goldman et Cabrel. Un groupe bien rodé, des titres qui s’enchaînent sans problème, un contact sympathique avec le public, l’après-midi se poursuivait sous les meilleurs auspices.

Vint le tour de Dutrey, enfant du pays lui aussi, qui avait choisi l’option “light” pour son set : 2 guitares et chœurs. Six chansons extraites de ses 3 albums, revisitées en mode acoustique pour l’occasion mais qui n’en perdent pas pour autant leur force mélodique et rythmique, preuve supplémentaire (si besoin était) de son statut de songwriter hors-norme. Une petite touche de timidité craquante dans son rapport au public achevait de séduire celui-ci.

Last but not least, Lorenz clôturait l’après-midi avec son combo basse-batterie-guitare. Soutenus par une section rythmique de haut vol, ses riffs incisifs et ses compos originales firent mouche. Un sourire omniprésent aux lèvres, Lorenz propose un pop-rock énergique et mélodique d’excellente facture dont les morceaux se succèdent à cent à l’heure.

En conclusion, une excellente initiative, prémices à d’autres scènes partagées qui devraient suivre. Ceux qui ont raté cette première édition pourront (doivent ?) se rattraper le 4 décembre prochain sous le dôme de la cité des entrepreneurs de Chartres à 20h30.

pop-rock-onsnous.fr

dutrey-online.com

stephanemondino.com



Nouveau commentaire :
Twitter

Poster un commentaire.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Avril 2017 - 06:58 Solynch, version 2.0