David Law en couleurs





Le parcours de David Law est riche : participation à de nombreux groupes, autoproductions, expositions, happenings. Le son, l'image et la couleur sont intimement mélés dans le travail de David, et c'est ce que nous vous invitons à découvrir dans cet entretien :


David Law
David Law
Musiciens.biz : Peux-tu en quelques mots définir ta démarche musicale ?

Trois orientations sincères. L'enrigistrement et la construction de titres en solo pour la première (4 Cds depuis 1995), démarche que je délaisse à présent au profit de l'investissement dans The Arkitekts, trio indépendant Rock Pop (IRP), mais aussi les instrumentaux pour multiplier mes participations à des courts métrages (3 Cds, 10 courts actifs) . Je prépare actuellement des concerts et nous allons enregistrer prochainement les 14 premiers titres construits depuis Novembre avec Thomas et Jérome (Bass/Batt). Jérome est mon batteur historique (nous trainions ensemble déjà en 1992...), quand à Thomas, il jongle entre la basse et le clavier, et tient l'harmonie face à mon jeu de guitare minimaliste. La démarche est claire, proposer un Rock Pop Littéraire (RPL) festif et planant à partir du vieux Shéma De La Mort Qui Tue (SDLMQT) Guitare / Basse / Batterie.

Musiciens.biz : Quelles sont tes références et tes inspirations ?

Mes références perso c'est 70 - 80, de la pop Beatles à Bauhaus, en passant par tous les grands rockers du sciècle. Plus particulièrement aujourd'hui, je pense à Bashung et Daniel Ash. Une tendance à élaborer des textes en visitant des climats..


David Law
David Law
Musiciens.biz : Quels sont selon toi les avantages et les inconvénients d'être un artiste indépendant ?

C'est terrible...Je découvre depuis peu que je suis un indépendant, il me semble que jusqu'à mes 30 ans, je visais un système facile (sic) qui m'aurait propulsé au devant de la scène, et que tout été joué d'avance.. Je construisais mes démarches dans ce sens - mais pas la musique - Je réalise un Cd par an depuis 1995 et je l'envoie aux majors, d'ailleurs c'est toujours le cas aujourd'hui. On sait jamais hein !..Je vous rassure, 28 envois ciblés, 2 réponses mortes..Je suis donc un indépendant, par défaut.. La musique en revanche, je l'ai toujours vécu comme telle, je n'ai jamais cherché à exprimer ce que les autres veulent entendre, juste à poser le son qui vient de moi. En indépendant aujourd'hui je goûte à la démarche solitaire, encore et toujours, celle que j'entretiens depuis tant d'années, je reprends même du service - les concerts- après huit ans d'enregistrements solitaires..L'inconvénient de l'indépendant ? Mais c'est être dans la merde, moralement, financièrement, se demander si quelque part ça vaut la peine de rester dans cette attente, de se battre et de s'autoproduire quand tout le monde s'en cogne ! Et là..super outil de la mort nickel (SODLMN) Internet ! L'indépendant peut s'exprimer et se rassurer quelque peu..Il existe et peut communiquer !


Musiciens.biz : Qu'est-ce que le rock pour toi ? Une attitude, a "way of life" or "just for fun" ?

Je suis tombé dedans, né en 1967, avec un frère guitariste qui jouait sur Bowie, les stones, velvet, pat smith...Ce n'est pas une attitude ni just for fun. C'est une déchirure, un ancrage vital et lumineux.

Musiciens.biz : A l'écoute de tes chansons, je trouve que tu soignes particulièrement les climats ? Est-ce ce que tu as envie de privilégier ?

J'ai construit ce dernier Cd comme un peintre. La toile de fond constituait les rythmiques solides de Thibaut Jeanson. J'ai construit ces titres comme un peintre, en habillant les rythmiques et en laissant parler ce qu'elles m'inspiraient de musicalité ou de textes. Ces climats sont des accidents, piste après piste, j'étale des couleurs ou des mots et je m'arrête quand c'est possible. Je privilégie le climat, chaque titre a sa mise en scène, de la naissance à la mort comme nos propres vies - la moyenne de mes titres font 5 à 6 minutes, cela semble être la limite du climat.


Flyshoes
Flyshoes

Musiciens.biz : Comment te vois-tu évoluer artistiquement ?

Pfft ! Je suis bien perplexe ! Je continue à creuser les réalisateurs et à soutenir des jeunes sans le sou pour illustrer leurs scénarrii, je me vois bien aux commandes d'un long métrage à réaliser la musique ! Je développe The Arkitekts et je reprends les concerts après 3 expériences (Les Héroics 1990 Flyshoes 1992 Sick Boys 1995) et j'escompte mettre à profit mon experience pour accrocher de beaux concerts ! Reste à démarcher vaillament..en indépendant que je suis !..

Musiciens.biz : Si je te dis qu'un artiste, ça se fabrique lors d'une émission de télé où l'on peut voter par SMS, que réponds-tu ?

C'est une connerie ! Bien sûr !
Ceci dit tout être humain est par définition artiste de lui-même, alors donnez à n'importe qui l'illusion que ça peut marcher, il saura jouer le jeu et faire en sorte que ça marche...A s'y méprendre, au jeu, il finira même par écrire un texte valable sur une mélodie qui tient la route...et devenir un artiste reconnu (sic).


Je faisais des combats de peinture à l'époque en 3 rounds dans un cube en plastique
Je faisais des combats de peinture à l'époque en 3 rounds dans un cube en plastique

Musiciens.biz : Quel a été ton parcours musical jusqu'à David Law & the Arkiteks ?

J'ai participé à un bout de l'aventure des HEROICS, groupe mythique des années 1990, en tant que clavier-chanteur, avant de fonder les FLYSHOES en 1992. A lire absolument, la biographie sur le site historique pour en savoir plus. Puis j'ai crée les Sick Boys, un groupe de plus, saignant à souhait, avant de me diriger vers l'autoproduction en solo, de 1995 à 2003. Après 7 Cds réalisés (4 chants et 3 instrumentaux) et 2 charmants enfants (Jade et Lou-Angel), je reprends la route avec The Arkitekts..

Prochainement Dans Vos Salles !!

Le site de David Law

Merci d'être venus,

David Law





Nouveau commentaire :
Twitter

Poster un commentaire.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Avril 2017 - 06:58 Solynch, version 2.0