Eric Maïolino : Interview tabou pour chanson courageuse

« Te tenir la main »





Lorsque cette chanson est arrivée dans ma boîte mail, ma première réaction a été : « Quelle chanson touchante », et la seconde : « Mais… ça existe encore ? » et cela m’a fait penser à ces quelques mots de Goldman : « Et Rome sermonne et clochers carillonnent, Y en a pourtant tant qui n'aiment personne ».


Eric Maïolino : Interview tabou pour chanson courageuse
Dans un monde où l’on tue à tour de bras sans scrupule et où l’on laisse mourir des enfants de faim sans regret, l’on peut s’étonner que les âmes « bien pensantes » aient encore le (mauvais) goût de faire de certains êtres des exilés de l’amour…

Bonjour Eric, Une chanson courageuse, à quel moment et dans quelles circonstances l’as-tu écrite ?

Bonjour Corriya. J'ai écrit cette chanson cet été. Je cherchais à renouveler mon répertoire et j'ai retrouvé deux idées de chansons assez anciennes que j'ai associées. D'un côté "Te tenir la main", chanson d'amour sur deux hommes qui ne peuvent pas vivre leur histoire au grand jour ; de l'autre, "A fairy story but not a fairy tale" qu'on pourrait traduire par "Une histoire de pédés mais pas un conte de fées".

Certaines de mes chansons parlaient déjà d'amour ou de désir pour les hommes ("Ma vertu, "Le vent du désert") mais pas de manière claire ; d'autres parlaient de l'amour en général, pour un homme ou pour une femme, sans préciser. Cette fois, j'ai eu envie d'être clair.

Cela a-t-il été difficile pour toi la décision de l’enregistrer ?

La difficulté n'était pas la décision de l'enregistrer puisque j'ai tout fait entièrement à la maison. J'ai commencé par la chanter à mes proches avant de la créer sur scène en octobre mais ce qui m'a fait le plus réfléchir, c'est le fait de la mettre sur mon site. Je l'ai fait parce que j'avais besoin de retour : les autres chansons que j'ai écrites depuis cet été
sont dans la lignée de celle-ci, plus directes et assez différentes des précédentes. J'avais envie de les montrer sans attendre les prochaines scènes.

Que représentent tes difficultés à gérer cette homosexualité au quotidien ?

Premièrement, "Te tenir la main" parle de cette autocensure des couples gays qui s'interdisent les gestes de tendresse en public. Moi-même, je suis comme ça, je ressemble moins au narrateur de la chanson qu'à son "amoureux" : je mesure mes actes en public et du coup je n'ai jamais eu à souffrir de regards désapprobateurs ou de remarques méprisantes. D'autre part, je suis d'un naturel très discret. Si l'on ne me pose pas de question, je ne parle pas de ma vie privée. Tous mes amis sont au courant depuis que je
leur ai présenté mon compagnon mais, parmi mes collègues de travail, je ne saurais pas dire. Cette discrétion se transforme de fait en non-dit. M'affirmer, ne serait-ce qu'avec cette chanson, c'est donc une libération.

Que penses-tu de la loi contre les propos homophobes qui vient d'être votée à l'Assemblée ?

Je pense que c'était un texte nécessaire puisqu'il visait à mettre sur le même plan le racisme anti-homo que les racismes ethniques ou religieux. Malheureusement, ce projet de loi "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste ou homophobe" a été adopté après des péripéties incroyables qui prouvent la présence résiduelle de l'homophobie chez les politiques. Mais pas seulement. Ce qui m'a le plus choqué, c'est l'attitude des médias. Rarement, l'ensemble des médias aura fait preuve d'une telle mauvaise foi : parler de "menaces sur la liberté de la presse" à propos de la répression des "provocations à la discrimination, à la haine ou à la violence" envers les homos, c'est honteux. Même les humoristes, s'y sont mis, craignant pour leurs blagues sur les pédés. Mais la loi ne condamne pas le mauvais goût, elle est là pour punir les insultes. La Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme (CNCDH) qui était favorable aux dispositions réprimant les propos racistes a, elle aussi, émis un avis contre cette loi : alors quoi, c'est moins grave de traiter quelqu'un de "sale pédé" que de "sale arabe" ou de "sale juif" ? On va donc pouvoir, à chaque débat concernant les homos à l'Assemblée, continuer à se faire traîner dans la boue par quelques députés en mal de visibilité ? La semaine dernière, Christian Vanneste affirmait que l'homosexualité était un "comportement choisi" et que le soutenir c'était vouloir l'étendre à tous donc souhaiter la disparition de l'humanité. On rirait si ce n'était pas aussi pathétique. Monsieur le député, je n'ai pas choisi d'être homo, je ne suis pas masochiste. Dans une société faite pour les hétéros, j'aurais choisi d'être hétéro si on m'avait donné le choix. Mais ce choix, je ne l'ai jamais eu.

Quelle serait la solution pour que l’état d’esprit de la société change par rapport à ces questions ?

Une des réponses passe par la loi. La loi qui vient d'être votée ne peut régler qu'un aspect des choses. Il faut l'égalité des droits. Le mariage par exemple. Certains homos se posent contre le mariage gay car ce mode de vie ne correspond pas à leur vision de l'homosexualité. Le débat n'est pas là. La différence des droits entre homos et hétéros (non réglée par le PACS qui est utilisé aussi par les hétéros) continue à faire des homos des citoyens de seconde zone et justifie de fait leur mise à l'écart de la société.
Une autre réponse passe par la visibilité médiatique des homos. Dans mon adolescence, je n'avais aucun modèle gay à qui m'identifier. Par exemple, mes chanteurs préférés étaient hétéros ou feignaient de l'être. Quant aux autres, on n'en parlait pas. J'ai donc mis longtemps pour mettre un mot comme "homosexuel" sur ce que j'étais. Aujourd'hui, les
changements les plus visibles se font sur le plan des médias. Même si la télévision reste très timide, certains acteurs de la télé-réalité ou certaines séries font avancer les représentations des homos, ce qui est très important pour quelqu'un qui se cherche.
Parmi la jeune génération, aucun chanteur ne brigue pourtant la place de "chanteur gay". Ce n'est pas mon but non plus mais si je peux, par mes chansons, aider quelques jeunes à mieux se comprendre et à mieux s'accepter eux-mêmes, j'aurais l'impression d'avoir apporté ma pierre à l'édifice.

Merci Eric.

Corriya


Ecouter Te tenir la main (fairy story)
Lire les paroles
Réagir sur le Blog d'Eric Maïolino





1.Posté par jeff le 27/12/2004 00:33
Salut Eric

je ne savais pas que tu étais Homosexuel............je ne te parle plus !!!!
je déconne bien sur........lol

Perso je suis hétéro et je ne tiens pas la main de ma femme en public ,ni de petit bisous ,mais c'est juste que je suis assez réservé (sur les entiments du moins) et que je me sentirais pas à l'aise , voir même que je suis probablement un rustre........ c'est assez confortable d'ailleurs!

ça serait plus facile pour toi si tu étais un rustre comme moi ....lol mais y aurait plus de chanson,donc ça serait domage!

Nouveau commentaire :
Twitter

Poster un commentaire.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Avril 2017 - 06:58 Solynch, version 2.0