Eric Maïolino joue Goldoni





Du 8 au 15 juin 2005, Eric Maïolino jouera Crépin dans l'éventail de Goldoni présenté par l'Atelier Théâtre de l'IUFM Stéphen Liégeard (Nice).


Eric Maïolino
Eric Maïolino
Tu joues dans une pièce de Goldoni ?

Oui, je joue dans l'Eventail. Goldoni est un auteur italien, vénitien plus précisément. Pourtant, laissant les gondoles à Venise, il est monté à Paris diriger la Comédie Italienne pour laquelle il a écrit l'Eventail. Finalement, la pièce connaîtra le succès à Venise en 1764 et depuis, c'est l'une des pièces les plus jouées de Goldoni. Ne dit-on pas d'ailleurs "le fameux Eventail de Goldoni" ? Euh, non, on ne le dit pas en fait ;)

Non, je ne crois pas, quelle est l'intrigue de cette pièce ?

Tout se passe sur une place de village où artisans, paysans, nobles et bourgeois se côtoient. Certains sont amoureux de Jeannine, la paysanne, ( "Ah Jeannine, la coquine ! NDLR") d'autres convoitent Candide, jeune fille de bonne famille. Tout est plutôt tranquille jusqu'au moment où Candide casse son Eventail. De quiproquos en rebondissements, l'intrigue se construit autour du chemin que fera le nouvel éventail acheté pour remplacer le premier et qui passera entre presque toutes les mains.

Tu joues quel rôle ?

Je joue celui du cordonnier Crépin. Je suis très content car mon grand-père Maïolino était justement cordonnier en Italie. Je ne l'ai pas connu et ce rôle me permettra en quelque sorte de lui rendre hommage. Crépin est amoureux de Jeannine et rival de l'aubergiste Couronné. Ceux qui viendront voir la pièce sauront s'il arrivera à épouser Jeannine, comment il se retrouvera en possession du fameux éventail et ce qu'il en fera …

Quel est le ressort comique chez Goldoni ?

Il s'agit surtout d'un comique de situation. Toute la pièce se joue sur un rythme très serré où les situations s'enchaînent tellement vite que les personnages finissent par ne plus avoir le temps de la réflexion. Du coup, tout ce qu'ils tentent pour arranger les choses ne fait que les empirer. En plus, ils vivent les uns sur les autres et chacun s'épie, se jalouse, se soupçonne et cancane sur le voisin. C'est une vraie mécanique, une partition pour ainsi dire, très agréable à jouer et très amusante à regarder. Même à la lecture, la pièce est déjà très drôle !

Qu'est ce qui fait la force de Goldoni et qui lui permet d'être encore joué plusieurs siècles après ?

Il y a surtout, il me semble, une incroyable modernité dans les rapports humains que décrit Goldoni. Cette vie de quartier notamment rappelle toute situation actuelle de voisinage : chacun s'y retrouve. Et le discours sur la place des femmes aussi est très moderne : le Comte ne veut pas marier Jeannine sans qu'elle y consente. Il ne veut pas "faire violence aux sentiments d'une femme" même si quelques barriques de vin le feront vite changer d'avis ;) La tante de Candide agit avec le même respect pour sa nièce. Et je vois aussi une vraie modernité dans cette confrontation entre les différentes classes sociales qui, au lieu de vivre isolées les unes des autres, ne cessent d'interagir. Et l'insolence avec laquelle le cordonnier ou l'apothicaire s'adressent au Comte témoigne d'un climat prérévolutionnaire. Il faut dire qu'à l'époque, le peuple ne pouvait pas s'exprimer dans un référendum lol

As-tu à un moment pensé à prendre ta guitare pour en faire une relecture surréaliste ?

J'avoue que non lol. Je pourrais certainement trouver dans certaines situations amoureuses de la pièce de la matière pour mes prochaines chansons, elles sont assez riches pour cela. Mais ce qui serait formidable, ce serait un grand spectacle musical de 2h30 intitulé "L'Eventail 2005" où, seul à la guitare, j'interprèterais tous les rôles de la pièce, y compris l'éventail, la douce Candide amoureuse où le radin de Comte chantant "Un sou c'est un sou". Ou alors une grande comédie musicale son et lumière avec danseurs acrobates et feu d'artifice, créée au Stade de France et écrite en collaboration avec Gérard Presgurvic. Euh, non, finalement non.

Les dates (entrée libre et gratuite) :
> > mercredi 8 juin : 18h
> > jeudi 9 juin : 18h
> > vendredi 10 juin : 20h30
> > lundi 13 juin : 20h30
> > mercredi 15 juin : 20h30

> > L'adresse :
> > Gymnase de l'IUFM Stéphen Liégeard
> > 43, avenue Stéphen Liégeard
> > 06 100 Nice
> > (Nice Nord, près du stade du Ray)

Plus de détails




Nouveau commentaire :
Twitter

Poster un commentaire.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Avril 2017 - 06:58 Solynch, version 2.0