Jérome Soligny en 'incorrigible mélomane'






Jérome Soligny
Jérome Soligny
Un nouvel album annoncé pour 2007, à cause d’une opportunité ou un besoin de continuer un travail entrepris ?

Ni l’un ni l’autre. La touchante insistance des proches plutôt.

Quelle sera la couleur de ce nouveau disque ?

De la pop adulte, malgré moi…

Des featurings ?

Au moins Mike Garson et mon fils Thomas…

Quel est votre disque dont vous êtes le plus fier ?

Ce sentiment ne correspond pas à ce que m’inspire ma propre musique. J’ai été ravi d’enregistrer le peu de disques que j’ai enregistrés que je considère comme de bien modestes œuvres…

Comment s’est faite la rencontre avec Elliott Murphy qui produisait votre premier album ?

Je suis allé à sa rencontre sur les conseils de Philippe Garnier, à un concert où Elliott se produisait en première partie de Rory Gallagher.

Certains de vos disques sont sortis sur des labels disparus aujourd’hui (comme Closer par exemple), regrettez-vous de les voir ainsi partiellement oubliés ?

Oui. Et non. Une compilation a régulièrement été envisagée depuis quelques années, les réactions sur MySpace risquent de faire accélérer les choses…

Vous avez écrit pour beaucoup d’artistes, dont Daho. N’est-ce pas étrange d’entendre ses chansons chantées par d’autres ?

Lorsqu’Etienne chante des chansons que j’ai composées, elles deviennent les siennes. J’adore ce sentiment.

Vous êtes devenu un journaliste éminent, est-ce un prolongement de l’activité artistique ?

Eminent ? Certainement pas… Non, un concours de circonstances plutôt…

Avez-vous toujours l’âme d’un fan, après avoir rencontré Mc Cartney, Bowie, Murphy ?

Je suis un incorrigible mélomane qui a vu certains de ses héros descendre des posters de sa chambre d’ado, pour le meilleur et le pire.

J’ai lu dans une description de vous que de chanter en anglais vous permettait de laisser filtrer en toute impunité quelques détails de votre intimité, vous croyez que la fonction de l’anglais dans la musique est différente de celle du français ?

A de rares exceptions près, je ne crois pas à la pop en français. Ni à la variété en anglais d’ailleurs.

Au Havre vous avez rencontré, produit et joué avec Marc Minelli. Expliquez comment ce type n’est pas devenu une star, je n’ai toujours pas compris.

Pour beaucoup d’entre nous, il est une star : Marc a réussi ! Dans l’ombre.

Jérome Soligny chez MySPace.com

Marc Minelli




1.Posté par soligny didier le 24/12/2007 19:20
bonsoir

savez vous vos origines de votre patronyme SOLIGNY

Moi, je suis d'origine normande et vous ?

je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année

et a bientot didier


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Avril 2017 - 06:58 Solynch, version 2.0