La Blanche « Disque d’Or »





Nouvel Album - Sortie octobre 2006


La Blanche « Disque d’Or »
Après plusieurs années passées à errer dans les marécages de l’industrie du disque et à tenter de battre le record du nombre de refus de la part des maisons de disques*, la Blanche sortira en octobre 2006 son deuxième album.

(*) « pour juger du talent, il faut avoir du goût » (auto-citation)

Cet album s’appelle « Disque d’Or ».

« Comme ça, on est sûr d’avoir un disque d’or une fois dans notre vie », précise le groupe…
… et sans compter qu’il suffira d’en vendre 10 pour être disque de diamant


LA BLANCHE : LA BIO !

2000 - Formé autour d'un quatre pistes d'emprunt, la Blanche enregistre rapidement une première démo ; l'idée de départ est simple : de la musique, des histoires… et de l'émotion. Coup de bol, le premier titre, "Bart à la Pêche aux Coquillages", est immédiatement repéré et diffusé sur France Inter. Encouragé à poursuivre, La Blanche vole des instruments et compose un album.

2001- Entre temps, le groupe accueille Stéphane, batteur, puis Melle Murer, violoncelliste. En pleine bulle Internet, la Blanche communique allègrement sur Internet et se forge une réputation numérique via de décapantes niouzelettres d’informations, la voici promue : « Porte-parole de la Génération Internet » (sic). La bulle crève, les niouzelettres restent, munitions d'une guérilla promotionnelle ironique et fauchée.

2002- la Blanche auto produit son premier album, intitulé Michel Rocard en hommage à l'initiateur du RMI sans lequel la création du disque n'eut pas été possible. Il est mixé par l’excellent Gil Martin à Bruxelles puis distribué par le label Nocturne. Malheureusement, le jour de la sortie, le groupe perd son batteur, Stéphane, tragiquement asphyxié dans le garage qui lui sert de local de répétition. Son passage éclair influencera durablement le son du groupe. La Blanche recrute alors un nouveau batteur qui, coïncidence, s'appelle lui aussi Stéphane.
Le disque est salué par les médias tandis que "Bart à la Pêche aux Coquillages", "la Piscine" ou "Sous Marine" prennent le chemin des ondes (France Inter, Férarock, Nova, Mouv', RTL etc.) Parallèlement, la formation donne des concerts (Francofolies, Chorus des Hauts de Seine, PdB et salles de concert). Avec une centaine de dates à son actif, la Blanche s'affirme peu à peu comme un vrai groupe de scène, intense et incarné, entre la personnalité massive du chanteur, Eric la Blanche, et la troublante présence de Melle Murer, au violoncelle. Cette année-là, après un concert, Colin, guitariste fondateur du groupe décède lors d'une partie de fléchettes qui tourne mal, victime de la folie des hommes : Gil Husson le remplace.

2003- Malgré l'absence de budget, Michel Rocard rencontre un bon succès d'estime mais, avec 5000 ex. vendus, la construction de la piscine en forme de guitare dans laquelle le groupe se voyait déjà barboter doit être reportée... d'autant que fin 2003, Stéphane, second batteur du groupe, se noie lors d'un entraînement nocturne de triathlon. Qu'à cela ne tienne ! la Blanche décide de recruter un troisième batteur et décrète que tous ses batteurs devront désormais se prénommer Stéphane, en hommage aux deux précédents.

2004- Stéphane, troisième du nom, rejoint le groupe. Fin 2004, la Blanche est lauréat du Fair et prépare son deuxième album lorsque Bart, bassiste historique du groupe, disparaît à son tour, dans une crevasse lors d'une randonnée alpestre. Fou de douleur (mais conscient du fait que le destin vient de lui faire économiser un salaire), le groupe décide qu'il ne sera jamais remplacé. C’est pour cela que, depuis lors, il y a trois bassistes volants dans la Blanche.

2005- L'album est néanmoins enregistré durant l'hiver dans les anciens studio Vogue sous la houlette du réalisateur Laurent Guéneau. Il ne peut malheureusement achever le mixage, terrassé par une invraisemblable intoxication alimentaire.
C’est à ce moment que le groupe rencontre le label indépendant « la Manufacture de Disques ». C’est aussi à ce moment-là qu’Universal choisit de s’intéresser à la Blanche. Le groupe hésite, tergiverse, mais décide de suivre sa pente naturelle et signe pour l’indépendance.

2006- Il ne reste plus alors qu’à finir les mixes, que Gil Martin, sorcier du premier album, prend en charge (au péril de sa vie). La sortie du disque est prévue en octobre 2006. Sauf accident, bien sûr…

Epilogue : « Disque d’Or » aura mis plus de deux ans à naître. Il est à l’image de sa gestation : mouvementé, multicolore, insoumis, désabusé, plein de cynisme et de grosses guitares (pour faire genre), de tendresse et de violoncelle (pour plaire aux filles). Il parle du beau sexe (« la Mienne »), de tabassage médiatique (« la Mort à Johnny »), d’un vélo légendaire (« Adélaïde »), d’un Faust gigolo (la Croisée), d’un Candide extra-terrestre (« le Martien à Grosse Tête »), des méandres de la conscience (« la Maison Close ») bref, de la vie (« Alcoolique »), de la mort (« Allongé dans un Pré en Automne ») et, plus largement, de la comédie humaine.

*

En même temps, il ne faut pas croire tout ce que racontent les artistes dans leur biographie.


LE SITE OFFICIEL DE LA BLANCHE

LA PAGE MYSPACE DE LA BLANCHE











Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Avril 2017 - 06:58 Solynch, version 2.0