La classe des Madogs sur un album





Voilà un disque sorti il y a un peu plus d’un an et sur lequel je voudrais revenir. Il a été enregistré en trio avec quelques invités, les Madogs n’avaient pas encore intégré Alexis qui depuis a quitté le groupe. Pascal, le chanteur du groupe le classifiait comme un disque de folk rock. Si votre vision du folk est arrêtée à quelques arpèges de guitare, il va falloir réviser votre jugement tellement ce disque est joué avec rage. Même si Pascal Schlatter ne se pose pas en leader des Madogs, c’est sa classe toute entière qui éclabousse tout ce disque où il officie en chanteur époustouflant de justesse de ton (et en anglais dans le texte car bilingue) comme en guitariste capable des meilleurs brûlots sur une rythmique basse batterie toujours impeccable.


Madogs
Madogs
Tout commence sur un « Bad dreams » d’allure conventionnelle où l’on se dit que l’on affaire à une ballade pour finalement se voir flouer dans un refrain tout en tension. On sent chez les Madogs l’envie de planter les crocs.
On les retrouve plus funky sut « I’ve got a tattoo » appuyés par des cuivres. Magnifique chorus de guitare.
Sur l’intro de « Help me find my way home » on se dit qu’il nous offrent un petit répit bienvenu tant notre pacemaker a été mis à rude affaire. Que nenni ! Encore un titre joué avec allant ! Riff puissant et chorus à la James Williamson sur « You will never forget » qui les place sur la longueur d’onde du Iggy de « Raw Power ».
« The bend »,enfin, nous permet de souffler un peu (on ne se fait pas tout jeune tout de même) avec une magnifique ballade servie par des parties de guitare magnifiques de l’arpège à la lead guitare. Les Madogs ont capté l’esprit.
« Pourquoi veux-tu t’en aller » ,que vous retrouvez sur la compilation musiciens.biz volume 2, marque une transition la seule in french avec guitare solo virevoltante.
« Leave us alone » s’amuse à nouveau à évoquer les Stooges. Du cello sur « Sue Ann » qui sonne tubesque et puissant, bref une ballade déchirante.
« Funky faitytale » avec intervention au saxphone est plus poisseux que ne l’était « I’ve got a tattoo ». « Hey man » me semble le morceau le plus faible du disque. Il me fallait bien en trouver un et j’étais bien dans l’embarras tant la qualité des compositions et des interprétations sur ce disque met la barre haut. On va dire que c’est ce titre là. Ballade mélancolique jouée ternaire au final grandiose pour terminer, ça s’appelle « H.B.P ».

Voilà un disque que je vous recommande vigoureusement car les Madogs ont, ce qui me semble le plus important, le style et la classe .

Madogs.com



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Avril 2017 - 06:58 Solynch, version 2.0