Lamia et le projet 'Alain Rennes'





Alain, guitariste et compositeur de Lamia propose en parallèle au groupe un répertoire en français. Le pourquoi et le comment, c'est ce que nous voyons avec lui...


Lamia
Lamia
Alain tu es le guitariste compositeur de Lamia, je me suis laissé dire que tu avais aussi un projet personnel, tu nous racontes ?

En fait, chronologiquement, le « projet » Alain Rennes existait avant la création de Lamia ; c’est même l’enregistrement en studio de ces 6 titres qui a indirectement contribué à la création de Lamia, puisque j’ai recruté pour cela deux choristes, dont Isabelle, qui chante sur deux titres un peu « chauds », Kama sutra et TV sex. Ça change des romantiques anglais !!!
En fait, j’ai flashé sur sa voix, et je lui ai proposé une collaboration, au départ sur un répertoire en français, bossas et ballades pour voix, contrebasse, guitare, percussions et violon ( avec déjà Charlotte Wodcke au violon), et, par hasard, je lui ai fait écouter deux titres que j’avais composés sur des poèmes de Lord Byron, et comme elle a adhéré immédiatement, le répertoire français (une dizaine de titres quand même !) est passé à la trappe, et Lamia est né.
Pour le projet « j’veux une image », c’était sans arrière pensée, pour concrétiser en quelque sorte des rencontres musicales et humaines avec quelques musiciens de Lille, en mettant le paquet quand au studio et à la production, juste pour le plaisir de fabriquer un bel objet musical.
Greg Voillemet est le guitariste, arrangeur et co-compositeur ; il y a Marcos Cunat à la basse, Charles Duytchavert à la batterie, et Romuald fournier à l’euphonium (une sorte de Tuba)
Je fais les textes, je chante, et je compose ou co-compose certains titres, mais c’est carte blanche à Greg pour les arrangements et la réalisation.
Tout ça en dix jours dans un super studio de ma région, le studio Erison d’Yves de Carpigny, une vieille ferme aménagée en gîte et studio. Calme et volupté quoi !

Il y a des titres en écoute sur une page qui t'est consacrée sur le site de Lamia, on décortique tout ça ?
J'veux une image...


« J’veux une image », c’est avant tout deux riffs, celui de l’euphonium, comme une basse et dans l’esprit du générique d’une vieille émission animalière, pour ceux qui ont connu, et celui de la guitare et du saz, dans le style arabo-andalou. Après, je n’ai qu’à écrire deux ou trois trucs sur le pouvoir de l’image, ce mélange de dégoût et de fascination que nous avons (pardon, que j’ai) pour le petit écran, pour le malheur et les catastrophes, celles qui arrivent aux autres bien évidemment.
Le refrain marque aussi le conformisme, et la situation de dépendance vis à vis de l’image, comme celle d’un enfant par rapport à ses parents ( « On m’a donné plein d’bons points maintenant j’veux une image »)
Sur le plan musical, c’est une collaboration totale avec Greg – j’écris le riff de l’euphonium, il écrit celui du Saz-guitare, et donc du refrain, et on construit tout le reste autour, sur une base plutôt funky.

Kama Sutra, euh, ne dit rien, je pense savoir de quoi ça doit causer...

Deux ou trois positions …
Rien de nouveau sous le soleil ; j’ai traité le texte comme un clin d’œil, en essayant d’y mettre un peu de joie et de sourire, avec même une touche de romantisme, car au-delà de l’érotisme, la chanson finit comme une chanson d’amour, « position Love », comme s’il n’y avait que ça qui comptait, finalement.
Et Greg a fait une musique pleine de surprise, des questions réponses guitares-euphonium, des breaks dans d’étranges modes, des sons de guitares assez « space » avec l’euphonium qui monte progressivement sur le final, comme un piston amoureux en quelques sorte, allant et venant au creux de la musique, tandis qu’Isabelle (et oui, c’est elle, la douce chanteuse romantique de Lamia) susurre des suppliques d’amour, voire des horreurs, avec Stéphanie.

TV Sex que nos fidèles auditeurs doivent connaître (attention j'ai les noms, demain interro écrite!!) car on l'a passé dans l'émission ...

L’inverse de Kama sutra, une période de passage à vide, une spirale de la solitude, et des pratiques onanistes devant de médiocres émissions érotiques sur la télé hertzienne.
L’horreur absolue quoi !
Assez dur à chanter pour moi, beaucoup de demi-tons dans la mélodie, et une rythmique en 7/4 pas facile à appréhender. (bravo à Marcos et à Charles à propos, d’avoir été opérationnels si vite sur un truc aussi difficile)
Beaucoup, là aussi, de changements de rythme, tout au long du morceau. Hyper bien ficelé par Greg
Cette compos m’a impressionné !

Ode à Li...

Un peu dans un style jazz-rock, avec un ENORME chorus guitare de Greg, qui officie aussi dans le texte final du morceau.
Ce texte, soyons clair, est un hymne encourageant à vérifier que seules les voies du seigneur sont impénétrables…
Un des titres que j’ai composés, et dont Greg a fait un petit bijou, mouvant et sinueux comme un serpent, plein d ‘érotisme. La complicité entre la guitare et la section rythmique est très forte.
Ça déménage fort.

Mascarade...

Un blues, avec une batterie toute droite, percutante au début, mouvante à la fin. Un beau chorus d’harmonica par Rodolphe, le boss du magasin de musique Broc’n roll, (pour les lillois), qui est passé comme ça, presque par hasard, pour mettre sa patte sur ce titre, avec des musiciens qu’il apprécie; un beau cadeau !
La chanson parle de l’étrangeté du monde et de son inévitable disparition.
Et des masques que nous portons au cours de cette Mascarade.
Mon titre préféré sur ce mini album. Très belle mise en place, tempo impec, superbes nappes d’euphonium ( non, pas de synthé ici, toute les nappes sont réalisées en plusieurs pistes par Romuald et son euphonium)

Guerres lointaines

Comme son nom l’indique, cette chanson parle de toutes ces guerres dont on nous abreuve sans cesse,-journaux, télés, radios-, et qui durent et durent toujours.
J’ai écrit ce texte un jour, en m’apercevant avec horreur que j’étais réellement lassé du conflit israélo-palestinien.
J’y ai aussi introduit en catimini un quatrain d’Aragon, que les amateurs de poésie reconnaîtrons. J’espère que ses ayant-droits me laisseront tranquille.

Tout ça ça doit sortir en cd ? C'est en téléchargement sur des sites mp3 ?


En fait, il n’y a rien de prévu. Comme je le précisais, c’était pour le fun, par ce que nous en avions envie, et chacun a repris sa route de musicien. Et 6 titres, c’est un peu bâtard en fait. A priori, pour l’instant, cette musique ne va exister qu’en mp3, et on va lui laisser vivre sa vie sur le net.
La Fnac et Virginméga, j’espère, vu que Lamia y est déjà.

Quelle est l'actualité de Lamia ?

Nous sommes en cours de fabrication de la pochette du CD. Dès que cela sera fait, le pré-master partira au pressage, pour une sortie à 1000 exemplaires. Nous avons fait une série de concerts dans la région, en compagnie du groupe de trip-hop Cipher, et nous sommes en répétition pour étoffer le répertoire scénique, afin de voler de nos propres ailes désormais. (Deux groupes, c’était une belle expérience, mais un peu dur à gérer quand même.)
Je me suis aussi transformé en grand chasseur, pour trouver des premières parties, des tourneurs, des agences de booking etc…et plutôt sur la Belgique d’ailleurs, ou les structures dédiées aux musiques actuelles me semblent plus nombreuses, plus curieuses de découvrir de nouveaux groupes, et moins…comment dire, copinage ?.
J’espère qu’on pourra faire quelques festivals cet été, des petits bien sûr, faut pas rêver.
Le deuxième album est déjà composé, et ce sont ces titres que nous rajoutons au fur et à mesure pour la scène, ce qui permet de tester un peu l’impact sur le public et les choix d’arrangements. Progressivement aussi, l’électro tend à disparaître sur scène, au profit de la guitare et du violon, du moins tout ce qui est redondant, ou « imitation » d’un instrument. Ne reste plus finalement que les structures rythmiques, et les sons qui ne sont pas reproductibles avec des instrumentistes.

Le projet Alain Rennes

Lamia, le site





1.Posté par lamiaa le 29/07/2007 20:08
slt ca va moi lamiaa de casa jai 17ans jaime tout


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Avril 2017 - 06:58 Solynch, version 2.0