Le train train de la vie selon Silérêves





Silérêves nous avait laissés sur notre fin avec un album qu’il avait tristement nommé last et qui pour moi s’écrit lost car je l’ai honteusement perdu au cours de mon déménagement. Last se devait d’être le dernier cd de Silérêves car sinon à quoi bon lui donner un tel titre, je vous le demande. On se souvient qu’il avait ensuite été tenté par l’aventure mp3, signé comme il l’avait été par le micro label dibissi ricordz (orthographe non certifée, veuillez vous référer à google notre maître à tous).


Le train train de la vie selon Silérêves
Et pis voilà, vlan, on ne s’y attendait plus du tout : silérêves remet le couvert et se lance à nouveau dans l’aventure du cd. Nous lui en sommes grés, à lui qui nous a habitués à des cd qui sont autre chose que des cd, de vrais œuvres d’art où l’artiste ouvre son univers indompté pour l’étaler, et sur la jaquette et le livret, et sur les sillons du disque où il sème sa poésie sonore toujours décalée, jamais égalée. Vous noterez que je sais très bien que le cd n’a pas de sillons, veuillez garder pour vous vos insultes, remarque également valable quant à l’orthographe non certifée du label sus-évoqué, mais bon, on n’a pas tous le niveau d’un enfant de 10 ans.
Revenons-en à notre mouton noir de la chose de la variété que finalement je préférerais écrire « vérité » quand il s’agit de Silérêves. Silérêves mouton noir de la musique ? Assurément s’il s’agit de flatter le plus grand nombre et de nous pondre un tube infect et facile qui entrerait en rotation (j’adore l’expression) sur les radios inféodées au pouvoir de l’argent, euh, je voulais dire des labels ayant pignon sur rue.
Silérêves s’est-il élevé en passant de La Rochelle aux Pyrénées où il réside dorénavant ?
A l’écoute du « petit train train de la vie », on est ravis d’entendre pour la deuxième fois le mot « burnes » dans une chanson cette semaine, la première ayant été sur l’album que Thiéfaine a commis avec Paul Personne. Bonne nouvelle, Silérêves est donc bien dans l’air du temps. Euh, keskejraconte là ?
Bon écoutez…Silérêves, on aime ou on n’aime pas, c’est en bloc, c’est pas livré avec la notice c’est à vous de vous l’écrire la notice. Silérêves, ça gratte souvent, ça chatouille parfois, ça se pose souvent des questions existentielles, et c’est surtout un immense « je m’en fous de ce que pensent les autres, du beau et de vos canons musicaux » et cette liberté de ton et de pensée, elle est plutôt rare à notre époque où tout le monde formate ses idées et ses productions pour plaire au plus grand nombre. Silérêves et son petit train, ils me parlent ! Tchou tchou !

Silérêves

Silérêves chez myspace


http://silereve1.free.fr/mp3/le%20pti%20train%20dla%20vie%20short%20version%20.mp3 Silérêves " le petit train de la vie"






1.Posté par Fred Laloose le 12/12/2007 07:51
Un article que j'ao pris plaisir à lire, car plein d'humour. C'est vrai que le retour du mot "burnes" fait plaisir à voir (à entendre, plutot), j'ai écouté la chanson et je dis "tchou tchou" !!


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Avril 2017 - 06:58 Solynch, version 2.0