Les Only Ones réédités






Les Only Ones réédités
Sony a la bonne idée de rééditer les trois albums des Only Ones parus entre 1978 et 1980. Associés au mouvement punk, peut être à cause d’accointances avec Johnny Thunders, sûrement parce ce qu’ils étaient là à ce moment là mais aussi parce que l’industrie du disque a toujours essayé de surfer sur toutes les vagues, collant un sticker « Punk » sur le premier Bijou ou faisant un amalgame douteux entre les Pistols, l’Ultravox de John Foxx (pas celui de Midge Ure qui lui succéda) ou Squeeze, la bande à Perrett a plutôt à voir avec un rock seventies inspiré de Lou Reed. Ces albums sont, bien qu’ils se suivent dans un temps rapproché, un peu inégaux. On ne saura assez recommander « Only Ones », le premier album pour cette pépite sur la drogue qu’est « another girl, another planet », la grande chanson de Peter Perrett.


Les Only Ones réédités
Les meilleurs titres sont sur cet album là. A posséder. Doit-on pour autant passer à côté des autres ? « Baby’s got a gun » a également de bons titres comme « Me and my shadow » qui regarde du côté de Bo Diddley, « Re union » qui est proche de ce que Perrett livrera plus tard sur « woke up sticky », son album solo, moins englué sous des solos de guitare envahissants qui passaient mieux en 1980 qu’en 2009, « strange mouth » qui le voit traînasser à l’envi son timbre de voix si particulier sur un mid tempo épuré et puis des phrases musicales typiques des Only Ones sur « Why don’t you kill yourself ». « Baby’s got a gun » reste un bon disque des Only Ones. « Even serpents shine » n’apporte rien de plus. On se satisfera du style, de la voix de Perrett, mais des chansons comme « Flaming torch » ressemblent tellement à celles du premier album qu’à choisir, et à n’acheter qu’un de leurs disques on se rabattra sur « The Only Ones ».

Les Only Ones réédités
D’autant que l’abus de réverb sur « even serpent shines » fatigue un peu l’oreille. Certes « you’ve got to pay » est un bon titre comme « someone who cares », typiquement déchirante, et lyrique, comme une bonne ballade de Peter Perrett.
Ces trois disques sont agrémentés de bonus.

wikipedia.org/The_Only_Ones


theonlyones.biz/



Nouveau commentaire :
Twitter

Poster un commentaire.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 6 Juillet 2017 - 18:29 Stéphane Mondino - Les rêves de Babylone

Vendredi 19 Mai 2017 - 17:37 Geyster - With all due respect