Pat' Bol présente ses 'chansons guimauve et sentimentales'






Patbol
Patbol
Vous présentez vos chansons comme des "Chansons guimauve et sentimentales !", en quoi sont-elles guimauve ?

Elles sont « guimauve » parce qu’elles ont un côté à la fois niais et sucré. Et elles sont « sentimentales » car Pat Bol est une victime de l’amour, une espèce de grand gamin déçu un peu ridicule mais toujours optimiste. Dans le fond, si on lit entre les lignes, les textes sont plutôt tristes. Un ami m’a dit que Pat Bol c’était de la « chanson pour enfants » pour adultes… J’ai tout de suite adhéré à cette définition.


Il y a un fil conducteur à votre cd ?

Les textes sont un fil conducteur en soit. Mais la façon dont a été réalisé l’album en est à mon avis un autre. Il a un peu été conçu comme une pochette surprise. D’ailleurs il aurait pu s’appeler comme ça ! C’est un 13 titres (normal quand on s’appelle Pat Bol…) enregistré à la maison avec les amis. Quasiment un album de famille. J’en suis vraiment content car il a un p’tit côté « bouts de ficelle » qui n’est pas pour me déplaire. J’avais vraiment envie que les gens sourient en écoutant mes chansons, d’égayer leurs journées. J’espère sincèrement y être arrivé.


Donc la faim dans le monde ou le réchauffement climatique, ça ne vous
intéresse pas dans vos chansons ? Pat Bol, chanteur pas engagé ?


Ce n’est pas que ça m’intéresse pas ! Bien au contraire ! Avant d’être français je suis quand même un citoyen du monde. Le morceau « Aspartam » a justement été écrit par rapport à une des choses les plus absurdes qui soit au monde, à savoir qu’une partie du monde crève de faim pendant que l’autre s’évertue à faire régime coûte que coûte ! Ceci dit on ne peut pas dire que Pat Bol soit de la chanson engagée. Ce n’est pas mon propos en tant que chanteur mais ce n’est pas pour autant que je ne m’implique pas en tant qu’être humain. Je me sens au contraire très concerné par les problèmes qui touchent la planète.


Vous travaillez tout seul ou en équipe ?

J’écris et je compose les chansons chez moi. Je maquette le tout et ensuite je fais appel à mes amis pour les enregistrer. Pour « Et peluches si affinités… » Antoine Delecroix, alias Beatman, m’a été d’une aide précieuse ! Sans lui l’album n’aurait pas été possible. En plus d’être un ami c’est un ingénieur du son et un musicien d’exception. Je lui dois une fière chandelle. Et puis il est super sympa parce qu’il m’a prêté son Goldorak !


Comment est reçu votre album ? Et est-ce que vous avez une idée du type de public qu'il touche ?

A priori je touche un public plutôt large. Un peu comme Tintin, de 7 à 77 ans ! Les enfants adorent des chansons comme « Les abeilles » ou « Mais qu’est-ce que tu fous à poil ? ». Ça les fait rire. Je n’y avais absolument pas songé en les écrivant. Sinon l’album a reçu de bonnes critiques. Les gens perçoivent très bien le second, voire le troisième degré des chansons. Quand je suis allé voir « Amélie Poulain » je suis sorti de la salle en me disant que les séances pour ce film devraient être remboursées par la sécurité sociale. C’est l’état d’esprit dans lequel j’ai voulu faire cet album : distribuer des sourires. De toute façon la vie est trop courte pour n’écouter que triste !


Il y a des dates prévues ? Comment se présente Pat Bol sur scène ?

Au commencement Dieu a créé La Divine. C’est une grande comédienne (1m70). Au départ je lui avais demandé de faire des voix pour mes maquettes. Elle ignorait alors ce que j’allais en faire. Quand il a fallu faire le premier concert c’est tout naturellement vers elle que je me suis tourné. Je cherchais une charmante jeune fille pour faire des crêpes, histoire de faire le concert en « odorama ». Elle a de suite accepté et en a profité pour faire des chœurs en « supplément chantilly ». Les autres musiciens qui m’accompagnent sur scène sont Romu au tuba, Jérôme à la batterie et, le p’tit dernier, Olivier aux claviers. Que des amis ! La formation complète date de septembre 2006 et on a donné le premier concert à Lille en octobre. Les dates commencent à arriver mais je peux d’ores et déjà te dire que nous serons le 2/02 à Romans, le 8/02 au Détour à Lille, le 23/02 au Biplan toujours à Lille et le 2/03 au Centre Culturel Henri Matisse à Noyelles-Godault. Pour la suite le mieux est de faire un p’tit tour sur le site ou sur la page myspace




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Avril 2017 - 06:58 Solynch, version 2.0