Produisez Raphaëlle Eva chez Spidart





Il n'y a qu'à l'écouter quelques secondes pour être charmés par sa musique toute en douceur et en sensualité. Le site spidart.com propose aux internautes de devenir producteurs du prochain album de la talentueuse Raphaëlle Eva, interview de la demoiselle...


Produisez Raphaëlle Eva chez Spidart
Raphaëlle, vous tentez l'aventure spidart, de quoi s'agit-il ?

Spidart.com a été le premier site français à proposer au grand public de devenir producteur.
Voici le principe: Les internautes peuvent investir une ou plusieurs parts de 10 € afin de financer l’album d’un artiste. Dès que 50 000 € seront atteints, des professionnels superviseront la production du disque, dont les internautes seront les coproducteurs! Les recettes des ventes seront donc partagées entre eux, l’artiste et Spidart: 35 % pour eux (répartis entre tous les fans-producteurs à hauteur de leur investissement), 35 % pour l’artiste, et 30 % pour Spidart.
Tous ceux qui ont participé au financement recevront gratuitement le disque et auront des privilèges (invitations à des concerts, cadeaux bonus… )


Produisez Raphaëlle Eva chez Spidart
Spidart semble avoir moins le vent en poupe que mymajorcompany, pourquoi ne pas avoir tenté cette dernière ?

J’ai tenté, d’autant plus que j’en avais entendu parler avant même que le site ne soit mis en ligne. Je connais très bien le chanteur du groupe EYEJACK , Ilan (nous avons eu la même prof de chant). Il était dans la toute première fournée d’artistes proposés par Mymajorcompany, ils ont atteint depuis les 70 000 € requis pour la production de leur album. Ilan avait fait passer mes albums aux directeurs artistiques mais au bout de plusieurs mois, j’ai reçu par mail une réponse négative, me disant que je pourrai toujours tenter ma chance plus tard car les candidatures seraient soumises au vote des internautes. Mais je pense que s’ils n’ont pas envie de travailler avec moi, il ne sert à rien d’insister. Une telle collaboration si elle est forcée, ne donnerait rien de bon je pense. Et c’est vrai que je ne suis pas tout à fait dans leur couleur musicale, ils sont très pop/ rock/ soul et moi plus chanson/ reggae/ world.
Par contre je suis inscrite comme producteur sur Mymajorcompany puisque j’ai misé sur Eyejack. En consultant ma fiche qui renvoyait sur mon site, d’autres producteurs m’ont dit qu’ils aimaient beaucoup ma musique, et m’on dit qu’ils aimeraient bien que je fasse partie des artistes proposés sur le site. Ça m’a beaucoup encouragée.


Produisez Raphaëlle Eva chez Spidart
Et comme par hasard, une info concernant l’existence de Spidart m’est parvenue quelques jours après le refus de MMC. J’y ai vu un signe. Je ne connaissais pas ce site et j’ai été enthousiasmée en voyant que le nombre d’artistes proposés était beaucoup moins restreint, toutes les candidatures sérieuses semblent être acceptées. J’ai trouvé que le niveau musical était très bon et l’offre très diverse. Cela a pris plusieurs mois, mais mon inscription a finalement été validée (il semble que les candidatures soient très nombreuses).

Il y a un autre site qui s’appelle No Major Music, mais ils proposent de produire un single et, ça, je peux le faire en autoproduction, je n’en vois pas l’intérêt.

J’avais lu le livre d’Alban Martin « L’âge de Peer » il y a quelques années et ce mode de production, expérimenté aux Etats Unis, y était déjà évoqué. Puis ma cousine, qui est webmaster, m’a parlé de sellaband. Le concept m’a beaucoup plu, mais ma musique est encrée dans la francophonie je ne me voyais pas être produite à Londres …

Le fait d’avoir sorti deux albums autoproduits et fait des concerts m’a permis de commencer à réunir un public et même quelques fans très motivés. J’utilise beaucoup internet pour garder le contact avec tout le monde. Mon site, raphaelle-eva.com existe depuis 7 ans.

Je prépare donc un mailing géant et je sais pouvoir compter sur un certain nombre de personnes pour démarrer la machine et obtenir une bonne visibilité sur le site spidart.com . Après, cela ne dépendra plus de nous, mais du grand public... ça donne le trac un peu de se soumettre à ce suffrage…
Nous sommes de nombreux artistes à être dans cette situation : « En développement » comme ils disent en maison de disque. Et je pense que ce système est exactement fait pour nous.


Produisez Raphaëlle Eva chez Spidart
Ce sont des maquettes qu'on entend sur votre page spidart ? On dirait un album terminé, vous auriez besoin de ré enregistrer ces chansons ?

Non, pas du tout, ce sont effectivement des titres extraits de mon premier et de mon deuxième album. Spidart nous laisse libre de présenter ce qu’on veut. Mais il serait plus intéressant effectivement de proposer des titres inédits, destinés à être produits justement. J’en mettrai en ligne dès que j’aurai avancé un peu plus sur mes nouvelles maquettes. Depuis que ma page est en ligne, je suis très motivée pour travailler dessus… J’avais besoin de ça pour me booster.

Quel est votre parcours musical ?

J’ai commencé par écrire des poèmes depuis que j’étais enfant, puis vers 14 ans j’ai entendu mon père jouer un morceau de guitare qu’il avait composé. Une mélodie m’est venue dessus, et là je me suis dit « ah ! je sais faire des chansons ?!? »

J’aimais chanter mais je ne maîtrisais pas bien ma voix, alors j’ai pris des cours de chant. Classique, jazz, technique vocale, pour pouvoir chanter mes textes. J’ai travaillé avec de nombreux musiciens pour définir mon style. Je voulais exprimer mon métissage à travers ma musique. Et puis je suis sensible aux instruments acoustiques, aux percussions traditionnelles chargées d’Histoire, alors ça donne ça :

un mélange de chanson française, et de musique tropicale avec un fort penchant pour la guitare et les tambours.

Mon premier album, « Original » (2004) a été enregistré au Studio Piccolo (paris 17 ème) par Vincent Bruley (réalisateur de certains disques de Liz Mc Comb, Richard Bona, Guesh Patti ou Lokua Kanza )
Le deuxième, « C’est meilleur quand c’est chaud » ( 2006) conserve cette couleur acoustique, avec de la batterie en plus. Il a été réalisé avec l'aide de Kali, et enregistré de façon nomade, pour aller au devant des musiciens, en Guyane, en Martinique et à Paris. Il y a plusieurs artistes invités comme William Baldé (dont la carrière a pris récemment l’essor que vous savez).

Y figure également, la mise en musique d'un poème d'Aimé Césaire: ''Chanson de l'hippocampe, composée par mon père et pour laquelle l'écrivain m’avait personnellement donné son accord (Une rencontre inoubliable).

J’ai aussi sorti un livre/CD pour enfants, avec le dessinateur Janko Floro: "Les Fourmis Roots "
Un de mes textes de chanson ( pas encore enregistré ) a été publié dans la revue littéraire In-Fusion, qui vient de paraître.


Sites sur lesquels les internautes misent sur des artistes




Nouveau commentaire :
Twitter

Poster un commentaire.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Avril 2017 - 06:58 Solynch, version 2.0