'Tout simplement' un cd de Corriya privilégiant l’émotion aux grands effets orchestraux





Sur son site, Corriya nous présente son dernier opus comme “privilégiant l’émotion aux grands effets orchestraux”. Sacré pari, tant, souvent, les arrangements viennent “sauver” des compositions plutôt pauvres. Une chanson à l’orchestration minimaliste est comme une femme démaquillée, découvrant sa beauté naturelle, sans fard. Ainsi, Corriya met-elle son âme à nu, nous délivrant quatre petits joyaux dans un bel écrin rouge carmin.


corriya
corriya
Dès l’intro du premier titre “Hommage à Henri Salvador”, le son cristallin du piano Rhodes et la voix suave nous invitent à fermer les yeux et nous laisser bercer par cette douce mélodie que n’aurait pas renié le grand Monsieur. Corryia lui demande de lui livrer “tous ses secrets”… Nul doute qu’elle en a deviné certains tant la richesse harmonique et l’immédiateté de la mélodie évoquent les meilleures périodes du compositeur de Syracuse.

Bossa d’amour”, le second titre, nous rappelle que Corriya a toujours su (cf “Quand tes paupières sont closes”), s’entourer de talentueux guitaristes. Pierre Croisard n’échappe pas à la règle. Une technique sans faille, un “groove” naturel qui réussit à immédiatement mettre notre pied (droit ou gauche, c’est selon…) en action pour marquer le tempo. La voix s’élève à des hauteurs… insoupçonnées (private joke), et le texte nous propose de boire des pinacoladas sur une plage ensoleillée. J’ai connu pire comme programme! Le gimmick, “emporte-moi”, fait mouche… Transportés que nous sommes.

Puis vient, comme une caresse, le “tube” à mon avis du disque. Contrairement à l’invite (“Ne pleurez plus”), cette chanson est belle… à pleurer. L’arpège de piano coule comme un ruisseau, la voix est toute en nuances, tantôt soufflée, tantôt timbrée. On imagine sans effort ces “notes tranquiles devant le feu qui s’éteind”. On y est. On est là, devant la cheminée. Et que dire de cette magnifique trouvaille qui nous fait délicieusement frissonner: “Je vous aimais déjà dans une autre vie”. Superbe.

Le quatrième titre n’est pas mon préféré, mais montre toute la palette de talents de l’artiste. “Kiss en fa ludique” débute sur une cascade de notes de piano claudicantes, un peu (volontairement) maladroites illustrant à merveille l’étourderie de cette fille que l’amour obsède. Corriya possède ce don de trouver imparablement une homogénéité entre texte et musique, les paroles collant parfaitement aux harmonies.

Signé chez DBC Records (où vous pouvez l'écouter), ce cd est en vente sur Itunes, VirginMega, eMusic, Napster, MSN, etc… Je vous le recommande chaudement. Les moments de douceur sont-ils si fréquents dans nos existences? Alors, tamisez la lumière, détendez-vous, et laissez Corriya caliner vos oreilles… Tout simplement.

Corriya.com





1.Posté par Corriya le 15/11/2006 19:17
Quel talent ce chroniqueur :-))))

Merci à lui et à musiciens.biz d'avoir accueilli mon CD avec des propos si élogieux.

Je ne me connaissais pas autant de qualités, va falloir que je révise ma confiance en moi ;)

Corriya

2.Posté par John Peter B. le 14/12/2007 10:09
CD que je cours me procurer ... J'ai craqué sur un titre de Corriya "chanson pour le Liban", hébergé sur http://www.sucrepop.com/corriya
Je conseille d'aller écouter ce piano, cette voix ...

ah la la, encore une bonne surprise du hasard sur internet ... et grâce à musiciens.biz !!!


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 6 Juillet 2017 - 18:29 Stéphane Mondino - Les rêves de Babylone

Vendredi 19 Mai 2017 - 17:37 Geyster - With all due respect