Une poussière dans l'infini





Silerêves est un cauchemar commercial. Imaginez un type qui vous sort un double cd de 34 plages. Un cd qui part dans tous les sens, laissant libre court à une créativité indomptée, un type qui vous sussure qu'il n'est qu'une poussière dans l'infini dans des "chansons" sans refrain. Pas glamour tout ça. Sûrement pas le hit de l'été, mais est-ce vraiment important ?


Une poussière dans l'infini

Sacrilège !

Commettons le sacrilège d'isoler le septième titre du premier CD : Une poussière dans l'infini sur lequel Sil (Silerêves, vous suivez pas ou quoi ?) se drape dans le spleen automnal du songwriter qui sur deux accords touche votre corde sensible pour vous conter les difficultés d'être. Une chanson pour jours de pluie, pour mâcher et remâcher les joies de la solitude. Too bad ! mais si beau !





1.Posté par paulfargier@wanadoo.fr le 24/08/2004 10:10
J'me lève bois un café ouvre mon pc clique sur le son du jour " Silerêve " J'ai vraiment aimé ce titre .
Ca fait plaisir!
Paul Fargier

2.Posté par aniece@neuf.fr le 26/08/2004 22:31
Moi, je me l'écoute une première fois, puis une deuxième , puis une troisième
et je me dis

je me l'écouterai bien une quatrième fois ...

et hop c'est reparti

chuttttttt, j'écoute

Nouveau commentaire :
Twitter

Poster un commentaire.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Avril 2017 - 06:58 Solynch, version 2.0