Victor T Deluxe, "un son et des compos brutes et cash à la Hasil Adkins."






Victor T Deluxe, c'est votre voyage dans le temps et l'espace ?

Si l'on parle de temps l'album « the Suitcase » est, à mon avis, à cheval sur plusieurs époques. Des compos sont parfois empruntes d'un esprit dirty blues (South) assez classique comme my old woman, d'autres titres comme I drive ou The Suitcase, my baby rock, sont résolument plus modernes. La valise indique peut être qu'en effet ces 14 titres sont un voyage en perdition...ce qui relie toutes ces chansons, c'est des histoires de filles.


En vous écoutant, je vous trouve plein de références comme d'Exile on Main Street sur « My old woman » aux Cramps, je pense à Hasil Adkins, à Robert Johnson et plein d'autres. Ce sont des références pour vous ? Vous en avez d'autres ?

Oui, tout ce que vous citez fait partie de mes playlists. J'aime le blues du delta comme celui exhumé par Fat Possum Rec mais aussi les duo rock comme les premiers Black Keys, les One man band comme celui du maitre Boblog III ou les stars de Voodoo Rythm Rec et Monney B des Hells Kitchen qui a un set solo de la mort et qui a d'ailleurs produit les titres de The Suitcase. Mais j'aime aussi le rock plus brut comme Blues Spencer Explotion, The Gories, Black Lips, Ty Segall, Thees Oh Shees et tout les projets de Micheal Collins. En réalité la liste est longue car j'aime la musique et je m'en nourris tous les jours. J'ai toujours été collector de vinyle, cd et autres. Depuis quelques années, le fil conducteur de mes goûts musicaux est la simplicité, l'absence de fioritures superflues. Un son et des compos brutes et cash à la Adkins



Votre nouveau projet Victor T Deluxe semble faire suite à un autre projet en deux étapes, Victor Transistor qui a connu un dégraissage au niveau du personnel passant de deux à trois musiciens. Et Victor T Deluxe, c'est vous tout seul. C'est un effet de la crise ?

Non, ça a toujours été la crise pour moi :) Le passage du trio au One man Band est un cheminement qui rejoint mes envies de musique plus brute. Mais pour passer du duo au solo j'ai dû travailler sur moi, oser tout simplement me mettre à poil, musicalement bien sûr. En one man band il n'y a pas de filets, tu te retrouves seul face au public et j'ai mis un moment pour assumer ce choix et cette envie. L'idée de base de la musique, c'est les rencontres et le groupe...le one man band, c'est la liberté mais aussi une forme de solitude pas toujours cool car j'aime bien les gens.

Le problème est que le one man band est addictif et donc grisant. Des le début du projet, j'ai gardé en tête que j'allais jouer ces titres seul, batterie aux pieds et guitare sur le genou et c'est dans cet esprit que j'ai écrit les titres et le travail de Monney B a été de créer le scénario et le son du disque, au passage, il a fait de superbes ajouts. J'ai effectué les premiers concerts et je suis assez satisfait du travail car l'esprit et le son du disque se retrouvent en live. Il reste l'essentiel...



Qu'apporte le minimalisme que cela induit à votre créativité ?

Une transparence, une forme de vérité, pas de maquillage pour cacher le moins beau...dans ma musique le "sale" à une place importante. Les sons sont mis en balance avec les silences et le beau est complémentaire du moche. Il y a longtemps, j'ai joué dans des groupes et écrit de la musique à effets calculés mais en fait je pense m'être trompé. Minimaliste ne veut pas dire en faire peu mais, à mon avis, ne garder que l'essentiel.

Comment obtenez-vous ce son de guitare vintage qui vous va si bien ? Vous avez des instruments fétiches ?

J'ai pas vraiment d’instruments fétiches. J'ai de nombreuses guitares et autres instruments à cordes. J'ai préférence pour les Fender Télécaster car c'est l'outil du rock pas excellence. En principe je bricole beaucoup mes guitares. Je change toujours les micros d'origines (ça doit être un TOC). Pour The Suitcase, j'ai aussi utilisé des guitares acoustiques, une Framus (jazz) des années 50 (celle de la pochette) sur laquelle on ne peut monter plus que 4 cordes car elle est en mauvaise état et une vielle Stella des années 60 « La guitare » du delta blues. Je joue sans effets, directement dans une tête d'ampli et j'ai de nombreux cab que j'ai construits de mes petits doigts et que j'appaire avec différente tête d'ampli pour trouver le son qui me convient pour chaque titre.

Vous avez sorti du vinyle, une cassette audio, des support que vous dites « anachroniques », c'est pour vous différencier ?

Au point de vue supports, je vis avec mon temps, je le pense en tous cas, en réalité le support n'a plus d'importance. Les gens n’achètent et n'écoutent ni cd, ni vinyle ni cassettes. Tout ce passe par le web. Mais je produis des supports qui sont eux mêmes supports au code de téléchargement qui les accompagne. Le vinyle est top pour la pochette, la cassette, c'est rigolo et facile à poster. Pour the Suitcase, j'ai choisi le vinyle car il correspond bien au style musical et pour être honnête, c'est le seul support qui intéresse les petits Labels.

victortdeluxe.bandcamp.com/



Nouveau commentaire :
Twitter

Poster un commentaire.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Avril 2017 - 06:58 Solynch, version 2.0