Les chansons 'questionnantes' de Michel Gullo





Auteur d'un album de chansons electro sorti tout récemment (album en téléchargement gratuit ), Michel Gullo nous confie se poser des questions et nous paye même un verre d'eau. Si c'est pas donner de soi, ça ?


Michel Gullo
Michel Gullo
Un nouvel album coloré électro, aimes-tu aller où l'on ne t'attend pas ?

En fait, je n'ai jamais trop su où j'allais (rire)*...et je ne suis pas sur que l'on m'attendais quelquepart (fou-rire)...non, plus sérieusement (re-rire)*, j'ai fait cet album sans aucune contrainte, puisque étant tout seul (sans manager, directeur artistique, maison de disques), je l'ai enregistré en m'amusant. J'ai toujours aimé les synthés, les LFO, les arpegiators : avec un doigt, ça commence déjà à sonner, ça va à droite, à gauche, en haut, en bas. Ca remplit l'espace. C'est facile et ça va vite. Moi, j'ai l'impression que mes chansons sont toujours les mêmes qu'avant. Quand je les chante, je chante pareil, j'ai la même émotion.

Quels sont les thèmes abordés dans les textes des chansons de cet album ?

J'aime les thèmes qui parlent de l'humain, de notre être profond, du temps qui passe, de l'enfance, de la futilité de la vie, de cette "comedia". Je fais parti de ceux qui se posent beaucoup de questions et qui n'ont jamais trouvé de réponses. En écrivant des chansons questionnantes, peut-être qu'un jour, quelqu'un m'enverra un émail en me disant :"Eh Michel, ça y'est, je sais ce qu'il restera, après..." (Michel croise les doigts...)*

Est-ce que tu as des références ou des influences côté electro ?

Euh, à vrai dire, non...je suis désolé. Je n'écoute pas vraiment beaucoup de musiques...en fait...(Michel semble embarassé...)*

Quel a été l'accueil qu'a reçu cet album ?

Pour le peu de médiatisation mise en oeuvre, on peut dire que l'accueil a été bon, on peut le dire :O) . Les internautes m'envoient plus de messages privés que de commentaires, pour me dire qu'ils ont aimé (mais en même temps, je vois mal quelqu'un m'envoyer un email en me disant qu'il n'aime pas du tout).


Est-ce que maintenant que ce disque est en téléchargement sur le net, la guitare te démange à nouveau ?

C'est la création qui me démange. Créer me fait du bien, et j'aime ça. Quand j'écris ou je compose pour d'autres artistes, j'ai des contraintes, et c'est normal. Je vais souvent dans le sens qu'on me demande. Quand j'écris pour moi, je me sens de plus en plus libre. Je n'ai rien à gagner, je n'ai donc rien à perdre. J'aime chanter seul à la guitare. Si j'avais les moyens ou l'opportunité, les arrangements seraient toujours très différents. L'arrangement, c'est comme le vêtement d'une chanson. Il m'arrive d'être en jean, parfois en costume, en teechirt ou en chemise. Mais change-t-on à l'intérieur ? (Michel attend un peu...et boit une gorgée d'eau)*. Je sais bien qu'on vit dans une société d'apparence (encore une gorgée d'eau...puis il se lève, un peu énervé...)*. Mais ce n'est pas parce qu'on met des guitares saturées et une drum à fond la caisse que c'est forcément du rock, ce n'est pas parce qu'on a une coiffure en forme de patin à glaces et des tatouages sur tout le corps qu'on dit forcément des choses originales...(Michel se rassoie, et s'essuie le front...)*. Excusez-moi...

Ah oui, une question qui me brûle les lèvres, pourquoi mettre cet album en téléchargement gratuit ?

(Vous voulez un verre d'eau ?....pour les lèvres)
Parce qu'entre le meilleur et le pire, je choisis le peer (Bon, je sais, elle est facile...)
Je n'ai d'ailleurs toujours pas lu le fameux "L'age de peer" d'Alban Martin qui dit que le choix du gratuit rapporte gros, mais je vais m'y mettre. Aujourd'hui encore, pour beaucoup, quand c'est gratuit, c'est peut-être un signe de mauvaise qualité. J'ai l'impression que les choses changent. Ce n'est plus comme avant. Le but pour un artiste, et pour des chansons, c'est d'avoir un public. Le public n'est pas idiot, même si c'est gratuit, ce n'est pas pour ça qu'il va aimer. Et vice-versa, même si c'est payant, ce n'est pas pour ça qu'il ne va pas aimer...donc, que ce soit gratuit ou payant, si un artiste est reconnu, ce le sera par son talent...et le talent, on le sait bien, ça finit toujours par payer... euh, c'était quoi la question ?....

* il y a quelques années, quand Internet n'existait pas et donc les interviews par emails, les "entrevues" se faisaient oralement en "live" et étaient retranscrites sur papier. Il y avait toujours entre parenthéses les "émotions" de l'artiste (les smileys d'aujourd'hui). Je trouvais ça bien (sourire) et ça me manque un peu....ah, nostagie, quand tu nous tiens (pleurs..)


Essentiel : paroles de Régine Foucault, musique de Michel Gullo


Le site de Michel
Michel chez myspace





1.Posté par alban le 14/03/2007 10:01
interview très intéressante et très instructive ! bon courage à Michel Gullo dans cette initiative pour allier gratuit et payant !


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Avril 2017 - 06:58 Solynch, version 2.0